Exposition Feu(e), La forêt deuxième partie

1 décembre 2010

En ce vendredi gris et pluvieux, le chemin menant au Musée Beaulne est bien tranquille… Sur cette route de novembre, on remarque bien que les champs qui meublent le paysage, sont fin prêts pour l’hiver. Dehors, il fait froid et la forêt semble grise et austère. Je m’en vais visiter cette forêt justement et, heureusement, celle que je vais découvrir se trouve bien au chaud dans une des salles d’exposition du Musée Beaulne. Je dis « je vais découvrir », mais c’est plutôt la forêt qui se présente à moi. Cette forêt est celle de Nathalie Bandulet, artiste multidisciplinaire et Estrienne d’adoption. Elle m’expose sa forêt, celle où elle s’aventure afin d’entendre et d’écouter ce qu’elle lui raconte. Avant d’aller plus loin, je tiens à souligner que l’exposition de Nathalie est loin des clichés post-hippie moralisateurs sur nous, citoyen consommateur.

Dans cette deuxième série de La forêt intitulée Feu (e), l’artiste explore le double sens de la signification du feu. Ce double sens sémantique se retrouve partout dans l’exposition. Le feu peut être destructeur, mais aussi réconfortant. L’arbre brûlé, réfère à de belles soirées dans la nuit étoilée ou à titre d’œuvre en plein cœur d’une exposition. Évidemment, toutes les sculptures présentées sont tirées directement de la forêt et c’est avec une intervention minimale et un respect ressenti qu’elles nous sont livrées comme œuvres d’art. Voilà une des belles caractéristiques de l’exposition de Nathalie Bandulet, les différentes pièces de bois perdent leur origine première et deviennent de très belles sculptures d’art contemporain. On sent que le côté designer de Nathalie est prépondérant.

Tout en ayant un fond écologiste et humaniste, cette exposition n’amène pas le spectateur vers de longs discours sur la surconsommation et la façon dont nous traitons notre patrimoine naturel, mais plutôt sur la découverte de l’art qui peut se cacher dans la forêt. C’est ainsi que l’artiste amène la forêt au visiteur, elle lui révèle ses richesses par la mise en valeur des détails infinis qui composent la nature dans sa globalité. L’humain devient par analogie aussi très présent dans cette exposition. L’adaptation de l’homme dans son environnement, ses processus de guérison, ses repères intimes, tout cela est exposé grâce aux différentes pièces de bois. L’exposition est très sobre dans son ensemble et la vingtaine d’œuvres qui nous sont présentées occupent très bien l’espace malgré leur minimalisme. Certaines des œuvres possèdent un côté ludique et pour d’autre, c’est l’esthétisme qui domine.

Qui n’a jamais ramassé un caillou ou un bout de bois original afin de décorer une pièce de sa maison? Si vous ne l’avez pas encore fait, je suis certain qu’après votre visite de l’exposition de Nathalie Bandulet, vous ne regarderez plus la forêt avec le même œil.

L’exposition Feu(e), la forêt 2ième partie se déroule du 7 novembre au 16 janvier 2011 au Musée Beaulne de Coaticook. Pour plus d’information sur le travail de Nathalie Bandulet, visitez le www.nathaliebandulet.com.