Ces lieux de passages

13 juin 2016

Maria ChelkowskaLes espaces intérieurs et extérieurs à l’être humain ont-ils quelque chose de commun ? Nos états d’âme n’influencent-ils pas notre perception du monde extérieur et vice versa? C’est ce thème qu’explore Joanna Chelkowska avec lucidité dans son nouveau corpus Zones Frontières. Deux espaces, deux médiums, deux chemins ouvrent un dialogue sur ces deux formes de paysages qui tentent de se rejoindre.

À l’intérieur, le haut de la galerie de Sporobole (salle multifonctionnelle) sera investi par une série de paysages monochromes peints à l’acrylique. Les tons de gris et l’accumulation de formes de crochets et de clous s’entassent dans des espaces clos. L’accumulation, thème cher au travail minutieux de Joanna, est ici délimitée par des frontières, des murs qui créent un franc sentiment de malaise. Ces murs et ces clôtures s’élèvent pour tenter de contenir la prolifération.

flyer zones

Zones frontière

À l’extérieur, l’animation Zones frontière jouée en boucle dans la fenêtre du 80 rue Webster présente quant à elle des paysages en mouvement. Libérées des murs qui les encadrent habituellement dans la peinture ou sur papier, des formes géométriques passent devant nos yeux créant un inquiétant cortège tinté d’un certain humour noir. Cette chorégraphie de cercles, de triangles et de croix travaillés au fusain se déploie dans une atmosphère onirique sous des rythmes variés, saccadés. Les formes se succèdent à travers des passages qui créent une trame narrative que veut bien lui donner le passant au gré de sa déambulation dans le centre-ville.  Et, puisque l’environnement dans lequel se déploie l’oeuvre est celui qui a inspiré l’animation elle-même, les passants auront le plaisir de reconnaitre des voies de passages comme le chemin de fer, les lignes de fils électriques et les lampadaires qui les entourent.

Finalement, tenter de contrôler l’accumulation en l’enfermant à l’intérieur crée un malaise qui se cherche une voie de sortie.  C’est grâce au mouvement que l’individu peut  créer ce passage entre le privé et le public et c’est en ce sens que l’artiste vous invite à explorer à Zones frontière à l’intérieur des murs de Sporobole au 74, rue Albert à Sherbrooke suivant l’horaire de la galerie et à l’extérieur du 80 rue Webster, à Sherbrooke du 22 janvier au 5 février 2016 de 17h à 24h.

Centre d’art actuel Sporobole

Salle Multifonctionnelle
2 étage
74 rue Albert
Sherbrooke, (Québec) J1H 1M9

Du mercredi au vendredi : 13h – 17h
Samedi et dimanche : 13h – 17h

Ville de SherbrookeConseil des arts et des lettres